La valeur de l’histoire

La valeur de l'histoire

Ce que je suis, en tant qu’individu, ne se comprend que dans la relation. Elle se situe à la fois dans l’espace et aussi dans le temps. Je ne suis séparable de rien, ni de personne, je porte en moi toute l’histoire, parce que je porte en moi toute l’humanité. Le véritable sens historique est précisément celui de mes racines. Nietzsche emploie dans les Considérations intempestives, la métaphore de l’arbre. A notre époque où l’homme vit comme une feuille au vent, sans attaches et sans racines, il est devenu un consommateur identique à tous les autres sur la planète, consommant le même soda, écoutant la même musique, portant les mêmes jeans, menant une existence qui a quelque-chose d’artificiel, tant les sens du lien avec la Terre et l’Histoire lui échappent. Ce qui lui manque c’est « le plaisir que l’arbre prend à ses racines, le bonheur que l’on éprouve à ne pas être né de l’arbitraire et du hasard, mais sorti d’un passé, héritier, floraison, fruit ». Le mérite de l’histoire est de nous permettre de faire corps avec cette culture et par là, avec toute l’humanité. Se sentir héritier, c’est ainsi éprouver ce sentiment d’avoir reçu du passé un don.

L’histoire garde donc à notre époque un mérite essentiel, celui de pouvoir contrebalancer la dictature médiatique, le conditionnement de masse de l’actuel. Il y a en effet nécessité de disposer d’un contrepoids efficace à l’égard de toutes les images que nous consommons aujourd’hui. Un individu conscient de son histoire, instruit du passé, sait se déprendre des séductions de l’éphémère, il marche davantage les yeux ouverts et n’est pas dupe. Il ne vit plus tête baissée dans le sillon de l’actualité, il contemple un horizon plus large. Il sait que ce dont on fait aujourd’hui grand cas, sera bien peu de choses demain.

D’ap. S. Carfantan, Philosophie et spiritualité, http://www.sergecar.perso.neuf.fr/, leçon 105, la valeur de l’histoire.

dimanche 11 novembre 2018

10 novenbre 2018, Centenaire de la Première Guerre mondiale

Ce 10 novembre avait lieu à Cossé-le-Vivien la cérémonie du Centenaire de la Première Guerre mondiale en présence de tous les officiels et d'un public plus nombreux qu'à l'habitude. Grâce à l'équipe municipale, les quatre écoles de la ville ont pu y jouer un rôle et y tenir une place. Les élèves ont pu s'investir de différentes façons : en prêtant des objets familiaux pour l'exposition, en chantant la Marseillaise, en lisant les noms des soldats morts pour la France, en participant à la construction de l'exposition mettant en valeur les différents lieux du front où les soldats cosséens sont tombés, ou bien en assistant simplement avec leurs parents à la cérémonie. Les conseillers municipaux des jeunes étaient également mis à l'honneur en déposant des gerbes devant le monument aux morts.
Les enseignants d'histoire-géographie sont ravis d'avoir pu accompagner leurs élèves sur la voie du devoir de mémoire, afin que personne n'oublie la valeur de la paix que nous avons en ce moment, mais qui doit constamment être réaffirmée face à ceux qui voudraient nous diviser.

























mercredi 29 août 2018

Sur la route du retour

Un séjour très agréable avec des élèves sympas. Bonne rentrée au lycée..J'aurais toujours beaucoup de plaisir à vous revoir.
B.Champion

Et pour finir, derniers textes lus au pied de la croix de Lorraine...